Intro ©Nomie

Comment créer un véritable jardin sur son balcon ?

Conseils jardinage

Jardiner en ville, mission impossible ? Pas du tout ! Un balcon, même situé au 36e étage, peut être verdoyant. Pour cela, il est important de bien connaître les besoins des végétaux et appréhender la culture hors sol en choisissant les bons contenants. C’est ce que nous explique Edouard Jeanloz, maître horticulteur-paysagiste et auteur du livre "Le Jardin à la conquête des balcons."

GARDENA : Quels conseils donneriez-vous à un jardinier amateur qui veut végétaliser son balcon ?

Edouard Jeanloz : La première chose à faire, c’est regarder l’exposition et les conditions climatiques de cet endroit. On peut faire un plan de son balcon en indiquant une zone ombragée, une autre exposée en plein soleil, une dernière protégée du vent, etc. C’est ce qui va influencer le choix des cultures et des bacs qu’on va mettre en place.

G : Et sur un petit balcon, comment aménager un coin de verdure facilement ?

E.J. : Sur un petit balcon en ville, il faut ruser ! On peut accrocher à la rambarde de la balustrade des bacs en plein soleil. Il est aussi possible d’installer des plantes à l’ombre au pied de la rambarde. Si cette zone n’est pas ombragée, on peut mettre en place un paillasson de roseaux le long de la balustrade.

Petit balcon ©IKvyatkovskaya

G : Comment bien choisir son contenant ?

E.J. : Les plantes détestent les à-coups de chaleur et de sécheresse. C’est pour cette raison que le choix du contenant est primordial pour ne pas que les variations de température et le manque d’eau bloquent la végétation. Vous devez donc choisir un pot suffisamment large et de minimum 15 cm de profondeur, mais surtout proportionné aux végétaux. Pour éviter que vos plantes aient soif, les pots à réserve d’eau sont indispensables. Qu’ils soient achetés déjà fabriqués ou que vous ajoutiez simplement une soucoupe, ils permettent de laisser les plantes boire quand elles en ont besoin et d’éviter de les noyer.

Contenant ©Robert Przybysz

G : Quels sont vos conseils pour avoir un bon sol ?

E.J. : Je conseille vraiment d’avoir un sol structuré, constitué de matières organiques mais aussi d’une partie minérale. Si vous avez la chance d’avoir un voisin qui a un jardin, demandez-lui un ou deux sceaux de terre argileuse pour en mélanger 20% à votre terreau – qui est souvent à base de tourbe et donc très riche en humus. Cela évitera que la terre urbaine sèche trop vite et devienne difficile à humidifier en plus de rendre la plante plus durable.

G: Parmi les 60 espèces décrites dans votre livre sous forme de fiches pratiques, lesquelles privilégier ?

E.J. : Il n’y a pas de limites ! L’idéal est d’avoir un maximum d’espèces différentes parmi les plantes potagères (aubergines, courgettes, doucettes, carottes, oignons…), les plantes fruitières, les aromates (basilic, coriandre, lavande, sauge, romarin, etc.) et les plantes à nectar comme la capucine, le coquelicot, le souci ou l’orpin. On ne pense pas toujours qu’on peut cultiver certains végétaux au balcon. Contrairement aux idées reçues, les petits fruits comme les fraises ou les framboises y poussent très bien.

G: Quelles associations peut-on faire pour favoriser la biodiversité ?

E.J. : Mélanger des fleurs avec des légumes, c’est capital. C’est très beau et cela va attirer les insectes, notamment les syrphes [des mouches aux faux airs de guêpes qui sont inoffensives, ndlr.] qui vont venir boire du nectar et vous débarrasser des pucerons. C’est aussi un moyen d’avoir de la vie sauvage en pleine ville en attirant les oiseaux et d’autres animaux. La nature reprendra forcément ses droits rapidement si on lui met un espace à disposition, qu’on laisse un coin sauvage et qu’on évite de désherber systématiquement.

Biodiversite ©natali_mis

G : Quels sont vos conseils pour bien arroser les végétaux ?

E.J. : Tout d’abord, regardez la provenance de la plante et ses besoins en matière de climat et de sol. Ensuite, le bon réflexe à avoir c’est de toucher le terreau pour voir s’il est humide, soulever le pot pour savoir s’il est léger et vérifier si les extrémités des rameaux ne sont pas en train de faner pour savoir si la plante a soif. Mais attention à ne pas lui donner trop d’eau !

Arrosage ©Edouard Jeanloz

G : Vous donnez aussi des recettes naturelles pour soigner les plantes…

E.J. : Oui, il existe des remèdes naturels très efficaces. Par exemple, on peut mettre un petit fil de cuivre à travers la tige d’un pied de tomates atteint par le mildiou ; pulvériser un mélange de savon noir et d’eau sur le feuillage pour éliminer les pucerons… Mais avant, il faut s’assurer de la nature de la maladie et bien identifier les nuisibles.

G : Quels sont les avantages de la culture hors sol ?

E.J. : Les grands avantages sont de pouvoir laisser s’exprimer la nature dans les espaces urbains, améliorer le microclimat du balcon, maintenir la biodiversité mais aussi avoir un tableau végétal qui se transforme au fil des saisons derrière votre fenêtre.

Couverture bis2

Le Jardin à la conquête des balcons d’Edouard Jeanloz, Éditions Jouvence, 18,90 €.