jardin-en-permaculture-gardena2

Les 5 points clés à connaître pour faire un jardin en permaculture

Conseils jardinage
Partager l'article

Alternative au jardinage traditionnel, la permaculture est un modèle de jardinage durable qui s’inspire du fonctionnement des écosystèmes et des savoir-faire traditionnels. L’objectif : concevoir des cultures, des lieux de vie sains et autosuffisants, respectueux de la nature et des êtres vivants. De l’observation du terrain au design et à l’optimisation de l’espace en passant par la préservation de la biodiversité et la gestion des ressources en énergie, découvrez les bases pour concevoir un jardin en permaculture où il fait bon vivre. 

1. Une philosophie à part entière

Inventée en 1978 par le scientifique Bill Mollisson et par le concepteur écologiste David Holmgren, la permaculture est à la fois une science, une philosophie de vie, une éthique et une méthode de conception, d’aménagement, de planification et d’organisation des espaces en tous genres.

Contraction des mots « permanent » et « (agri)culture », la permaculture a pour but :

  • De prendre soin de l’environnement pour que les systèmes vivants (animaux, plantes, terre et eau notamment) se développent et se multiplient
  • De prendre soin des habitants afin que chacun puisse avoir accès aux ressources qui lui sont nécessaires
  • D’encourager la coopération et la solidarité entre les individus
  • De limiter la consommation et éviter le gaspillage.

 

jardin-en-permaculture-gardena

2. L’observation du terrain

Avant même de vous lancer dans quelque action que ce soit, prenez le temps nécessaire pour observer votre coin de verdure et ses particularités.

  • Quelle est la forme et l’exposition de votre jardin ?
  • Y a-t-il des zones d’ombre, des coins particulièrement exposés au vent ou aux rayons du soleil ?
  • Possède-t-il des haies et/ou des points d’eau ?

Autant de critères que vous devrez prendre en compte avant de passer à l’étape « design ». 

 

3. Du design à l’optimisation de l’espace

Cette étape consiste à organiser votre espace extérieur de telle sorte que chaque élément profite de l'influence positive de l’autre en fonction de ses besoins, de ses forces et faiblesses et qu’aucun d’eux ne vienne perturber la croissance de l'autre. Quelques exemples :

  • Les éléments nécessitant le plus de soins et d’entretien (potager ou herbes aromatiques notamment) seront ainsi placés à proximité de la maison
  • Le composteur servant à transformer les déchets organiques pourra également être implanté dans cette zone
  • Le verger ou le poulailler seront quant à eux plus excentrés.

Notez qu’il sera également important de laisser une zone « sauvage », c’est-à-dire un lieu où vous interviendrez le moins possible pour que la nature reprenne ses droits. Cet espace vous permettra d’observer et d’analyser les interactions entre les éléments.

Par ailleurs, contrairement au jardinage traditionnel, en permaculture, les cultures sont moins espacées. Pour optimiser l’espace, une astuce consiste à miser sur la verticalité. 

 

jardin-en-permaculture-gardena3

4. La préservation de la biodiversité

La biodiversité est également l'une des composantes clés de la permaculture. L’objectif : la préserver voire l’accroître afin de mettre en place un écosystème durable, autonome et équilibré. Vous pourrez par exemple associer des espèces à cycles courts et à cycles longs. 

plantation-tomate-gardena

5. La gestion des ressources en énergie

Dans un jardin en permaculture, il faut enfin miser sur l'utilisation de matériels manuels et économes en énergie : récupérateur d’eau de pluie ou composteur. En effet, dans la permaculture rien ne se perd, tout se transforme. Vous éviterez évidemment, autant que possible, l’utilisation des pesticides ou engrais chimiques.

arrosage-eau-de-pluie-gardena