Créer et cultiver un jardin vivrier

Conseils jardinage
Partager l'article
Il serait formidable de pouvoir nourrir toute la famille avec les fruits et légumes de son propre jardin. Cultiver un tel potager vivier demande beaucoup de temps et d’efforts. Qui plus est, s’alimenter avec son jardin rime avec forte saisonnalité dans les assiettes. Toutefois, il est possible de préserver et conserver les fruits et légumes du jardin. Et quelle fierté lorsque nous pouvons dire à nos amis : « Regarde, tout cela vient de mon jardin, cultivé maison ! »

Etes-vous fait pour créer et cultiver un jardin vivrier ?

Les questions suivantes vous aideront à prendre une décision concernant la création d’un jardin vivrier :
· Combien de temps suis-je prêt(e) à y consacrer ?
· Qu’est-ce que je souhaite cultiver ?
· Combien de personnes le jardin devrait alimenter ?
· Quel est l’espace disponible dont je dispose ?
· Est-ce que je veux être en autosuffisance alimentaire complète ?

Pour ceux qui désirent faire un essai, nous recommandons d’utiliser pour commencer une petite partie seulement de votre jardin. Ceci est idéal pour les personnes actives, qui peuvent ainsi planifier le temps qu’elles devront y consacrer après le travail.

Concevoir et planifier votre potager vivrier

Avant de créer un potager vivrier, commencez par élaborer une esquisse, dans laquelle vous inclurez l’orientation géographique et l’exposition aux vents. Ajoutez les dimensions des arbres, arbustes, bâtiments, murs et haies qui composent votre jardin. Ensuite, dessinez les zones avec différentes couleurs en fonction de leur exposition au soleil : plein ensoleillement toute la journée, une demi-journée ou alors zone ombragée. Ce schéma va servir de base pour estimer quelles plantes sont adaptées à votre jardin et déterminer la taille du potager vivrier.

Cultiver un jardin fruitier

Pommiers et autres arbres fruitiers, notamment les arbres à baies, constituent une grande partie du jardin potager. Lorsque vous plantez de nouveaux arbres fruitiers, gardez à l’esprit qu’ils feront leurs fruits deux à trois ans plus tard. Pour chaque type de fruits, il existe des variétés d’arbres donnant leurs fruits plus ou moins tôt dans la saison. 
Réfléchissez alors à la meilleure manière de combiner les différentes variétés, et principalement vos fruits favoris, de façon à avoir des fruits tout au long de la saison. 
A titre d’exemple, les prunes peuvent être cultivées de fin juillet à octobre. Il en va de même pour les pommes et les poires. De plus, les variétés tardives de poires peuvent être conservées en tant que telles jusqu’à la fin de l’année, et les variétés tardives de pommes jusqu’au printemps suivant.

Cultiver un jardin potager

Un jardin potager requiert la meilleure et la plus ensoleillée des terres. Tout d’abord, divisez-le en lits. L’idéal est de respecter une largeur d’1m50, qui permet d’atteindre le centre du lit de part et d’autre. Les allées entre les lits doivent mesurer entre 30 et 50 cm de large. Si vous souhaitez les laisser tels quels, disposer une épaisse couche de paillis d’écorce vous permettra de conserver des allées propres même en cas de temps pluvieux. 

Petite astuce : créer des bordures en bois vous permettra d’éviter que la terre ne soit balayée sur l’allée lorsqu’il pleut. Vous pouvez aussi planter des rangées d’herbes telles que le thym, la ciboulette, la sarriette ou alors des arbustes bas.
EM-Gartenfond-009

Planter des plantes aromatiques

Les plantes aromatiques sont très en vogue et sont de plus en plus nombreuses dans les jardins potagers. La plupart des herbes aromatiques préfèrent un endroit ensoleillé à semi-ombragé. Les lits semi-ombragés, par exemple, sont idéaux pour le cresson, la livèche, le raifort, le persil, la menthe poivrée et la ciboulette. Généralement, les herbes doivent être exposées à l’air sans pour autant subir de courants d’air à longueur de journée.

Prévoir un tas de compost

Le tas de compost est un important composant des jardins potagers. Les organismes du sol transforment les déchets des plantes en humus de qualité. Un emplacement à l’abri du vent et semi ombragé protège le compost contre le risque de sécheresse rapide. Une couche de copeaux de bois de 20cm apporte la ventilation nécessaire à la décomposition. Le type, le mélange et la quantité de matière de compost sont décisifs dans le succès du processus de décomposition.

Bonus : Les serres de jardin

S’il y a suffisamment d’espace disponible, une petite serre peut se révéler très utile pour les jardiniers pratiquant l’auto-alimentation. Une serre présente de nombreux avantages : elle permet en outre de cultiver des légumes très tôt, et de protéger les plantes sensibles aux variations de températures. Non seulement on peut commencer son potager plus tôt, mais on peut aussi le continuer en hiver.