Nous utilisons des cookies afin d'améliorer votre expérience sur notre site Web. En continuant de naviguer sur ce site Web, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus, veuillez lire notre politique de confidentialité. Cookies

Travail de jardinage terre à terre

En Allemagne, il y a une chanson populaire qui dit ceci : « Au mois de mars, le fermier attèle son petit cheval ». Cette chanson apprend les saisons aux enfants. Vous-êtes vous déjà demandé pourquoi le fermier fait ce qu'il fait en mars ?

Si vous avez bien observé la nature et ce qui se passe dans votre jardin, vous devriez le savoir : différentes choses se passent simultanément en mars. les jours s'allongent, les températures grimpent, la neige fond, la terre sèche, les premiers bourgeons et semis apparaissent, les buissons poussent et la sève des arbres et arbustes monte. Tout ceci est dû à une interaction complexe entre des stimuli de lumière, température et humidité. Avant que la leçon ne devienne trop compliquée : le fermier lui s'en remet à son intuition. Car avec la nature, et surtout s'il s'agit de plantes, une chose est vraiment importante : faire ce qu'il faut au bon moment. Et tout commence avec une activité, celle de travailler la terre !

Quel genre de travail du sol convient le mieux ?

La réponse, comme c'est toujours le cas dans le jardin, est simple : cela dépend ! Si la terre n'a pas été désherbée depuis l'automne et est couverte de déchets du jardin ou s'il reste des légumes d'automne ou d'hiver non cueillis, elle doit d'abord en être débarrassée en les enlevant ou en les enterrant dans le jardin. Si vous avez semé de l'engrais vert dans les massifs et parterres pour l'hiver, la même procédure doit être suivie. Si, au contraire, la terre du jardin a passé l'hiver propre, elle a simplement besoin d'être hersée dès la venue du mois de mars. Les endroits que vous creusez doivent d'abord être exposés à la pluie. Ensuite, il convient de laisser la terre se reposer pendant deux semaines avant l'hersage. Dès que la terre a séché, peu de temps après le hersage, ratissez-la avec un grand râteau (en bois par exemple), séparez les blocs de terre qui restent et lissez-la à l'aide d'un râteau fin à dents. La zone ratissée est alors prête pour semer et planter.

Quelques détails importants à ne pas oublier

La réponse donnée plus haut « cela dépend » implique qu'il faut naturellement garder un œil sur l'état du sol. Ainsi, lorsque vous entretenez le sol au printemps, il est également conseillé d'homogénéiser les sols argileux ou limoneux avec du sable grossier. Selon que la terre est plus ou moins granuleuse, environ 1 brouette (soit près de 80 litres) de sable pour deux à cinq mètres carrés de surface doit faire l'affaire. Inversement, vous pouvez remplacer le sable par du terreau si la terre est sablonneuse.

Que le sol soit sablonneux ou limoneux, la chaux est un problème pour les deux. Les sols sablonneux manquent souvent de chaux. Aussi, faut-il, au printemps, leur ajouter environ 50 g/m² (pour maintenir la teneur en chaux) à 100 voire 150 g/m2 de chaux pour jardin. Les sols limoneux peuvent également nécessiter de la chaux. En général, une analyse du sol est préférable (une fois tous les trois ans devrait suffire) pour déterminer exactement l'état nutritionnel du sol, les zones qui méritent d'être fertilisées et celles où l'ajout excessif d'engrais peut être néfaste. La terre du jardin contient bien souvent trop de phosphore. Un engrais composé qui vient augmenter la teneur en phosphore aura pour effet la surfertilisation de la terre, ce qui, par ailleurs, est un gaspillage d'argent. Sachez également que 100 g/m² de chaux peuvent rendre le sol plus alcalin d'un point. En conclusion : ce que vous faites ou ne faites pas au sol peut influer sur d'autres paramètres, que ce soit volontaire ou non. Le sol est un organisme complexe, il n'est pas uniquement fait de particules de terres, c'est un microcosme ! C'est pour cette raison que le sol est un sujet si passionnant. Après tout, ce que vous faites ou ne faites pas peut gâcher la qualité du sol ou satisfaire exactement les besoins de vos plantes favorites.

À propos de plantes favorites : on voit parfois, au printemps, des jardiniers trop enthousiastes entretenir à tort des massifs d'arbustes et des végétaux ligneux avec des outils de jardin. Ne travaillez pas votre jardin juste pour vous dire « ça y est, c'est fait ». En réalité, vous pouvez faire beaucoup de dégâts en travaillant la terre, surtout au niveau des racines des plantes et notamment des racines plates comme celles des rhododendrons, des groseilliers ou du cornouiller, etc. et également au niveau des zones où les herbes et les arbustes tels que la spartine pectinée ou la menthe poussent en formant des accrus. C'est là où le travail de la terre peut détruire les racines à proximité de la surface.

Réactions