Nous utilisons des cookies afin d'améliorer votre expérience sur notre site Web. En continuant de naviguer sur ce site Web, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus, veuillez lire notre politique de confidentialité. Cookies

Spécial pelouses, partie 1

En mars, les pelouses présentent un éclat particulier. L'apparition tant attendue du premier brin d'herbe verte à la fin de l'hiver annonce l'arrivée du printemps. En plus d'attirer particulièrement l'œil à cette époque de l'année, pour beaucoup, l'herbe entraîne également chaque année un petit jeu de devinettes : quelle est la meilleure chose à faire pour la pelouse afin de lui donner un bon coup de fouet ?

Ces dernières semaines, de nombreux lecteurs de la Newsletter GARDENA nous ont envoyé leurs questions concernant les pelouses. Nous les en remercions ! Toutefois, la newsletter elle-même ne peut répondre qu'à trois ou quatre questions. C'est la raison pour laquelle nous avons regroupé les questions relatives aux pelouses et y répondons dans ce Spécial pelouses. Et parce que tout le monde ne peut être intéressé par tous les sujets, nous avons organisé ces informations par ordre alphabétique, en utilisant des mots clés. Parcourez simplement cette vingtaine de mots clés afin de découvrir les conseils de votre expert jardin GARDENA. Bonne saison à tous !

Aujourd'hui, la Newsletter GARDENA répond à toutes vos questions, de A pour aération à M pour mousse dans la pelouse. Dans la partie 2, qui sera publiée dans la Newsletter du 25 mars, vous pourrez découvrir des informations concernant les types de pelouses, le gazon, l'élimination des mauvaises herbes et la scarification. Voici la première partie de ce Spécial pelouses !

Aération

Oui, ce terme s'applique également aux pelouses et nous sommes ravis de vous l'expliquer ! Il s'agit ici de l'aération des racines d'herbe. Les pelouses sont souvent plantées sur des sols contenant trop peu de sable ; par conséquent, trop peu d'air atteint les racines, qui ont pourtant besoin de respirer. Le sol est donc trop compact et la croissance de la pelouse en est retardée. L'aération, soit l'apport d'air, peut résoudre ce problème. Des outils de jardinage et d'aménagement paysager particuliers sont utilisés pour percer des trous dans la pelouse. Ces trous sont ensuite remplis de sable grossier afin de ne pas devenir boueux. L'eau de surface s'écoule désormais mieux et les racines d'herbe reçoivent davantage d'air, pour une meilleure croissance de la pelouse. Pour les petites pelouses domestiques ou les zones à problèmes (lorsque le sol est particulièrement argileux et/ou que l'eau stagne, par exemple), vous pouvez aérer l'herbe à l'aide d'une fourche à bêcher.

Fourmis

Nous comprenons parfaitement que ces insectes vous agacent ! Dans les jardins, on les trouve principalement près des dalles ou des pierres de gué disposées sur la pelouse. Elles sont moins présentes au milieu du gazon. Les fourmis ont tendance à produire des tas de sable, plutôt qu'à endommager la pelouse elle-même. Vous pouvez les combattre à l'aide de fourmicide ou, pour de plus petites zones, de levure chimique répandue par temps sec. N'oubliez pas que les fourmis rousses appartiennent à une espèce protégée et ne peuvent être supprimées. Ce type de fourmi est répandu dans les zones situées à proximité de forêts.

Faciliter le travail

Si vous vous apprêtez à planter une pelouse, ne choisissez pas n'importe quelles graines. À l'heure actuelle, il existe des mélanges de graines poussant de façon moins désordonnée et un tiers moins vite, ce qui réduit le travail au niveau de la pelouse. Vous pourrez ainsi tondre moins souvent et aurez moins de débris de coupe à retirer.

Pieds d'arbres

Il s'agit là d'une source de débat. Personnellement, je n'aime pas planter d'arbres sur la pelouse : les feuilles et les fleurs tombées m'agacent, et la pelouse doit être nettoyée plus rapidement que les parterres afin d'éviter d'endommager l'herbe. De plus, je n'aime pas tondre autour des arbres. Pourquoi créer des bordures supplémentaires dont il faudra ensuite s'occuper ? Cependant, si votre pelouse est déjà parsemée d'arbres, il est vivement conseillé de créer un pied d'arbre afin que les racines reçoivent suffisamment d'air. Les racines tendent à remonter à la surface, particulièrement lorsque le sol est limoneux. Si l'arbre est relativement vieux, cela signifie que la tondeuse à gazon percute systématiquement les racines. Sans parler du tronc, qui peut lui aussi être percuté et endommagé si l'herbe s'étend jusqu'à lui. Un pied d'arbre a deux fonctions : il permet de tenir les cisailles et les tondeuses à distance et de protéger les racines. Toutefois, cela ne fonctionnera pas si le paillis est si compact que les racines ne peuvent pas respirer ! Le paillis doit être meuble et biné de temps à autre.

Pelouses fleuries

Certaines fleurs, comme les véroniques, les trèfles blancs et les pâquerettes, viennent se mélanger à nos pelouses contre notre gré et sont tout juste tolérées. Toutefois, les jardiniers optant pour des graines de prairie doivent être conscients qu'ils restreignent considérablement l'utilisabilité de la parcelle. Les champs fleuris ne doivent pas être piétinés régulièrement. Vous pouvez choisir de planter des mélanges de graines disponibles dans le commerce. Ils associent plusieurs espèces d'herbes et de plantes, dont des bleuets et des coquelicots (très éphémères), ainsi que des fleurs susceptibles de s'établir dans la zone et de fleurir à long terme. Les pelouses fleuries nécessitent d'être tondues moins souvent. Deux tontes par an (en juin et en octobre) suffisent. Cependant, lors de la tonte de ce type de pelouse, la quantité d'herbe est très importante. Une faux, une faucheuse ou une motofaucheuse peuvent s'avérer utiles, dans la mesure où les petites tondeuses à gazon traditionnelles ne sont pas suffisantes. Certaines jardiniers se contentent de tondre les pelouses fleuries une seule fois par an, en septembre. Ils attendent que la plupart des espèces soient arrivées à maturité, ce qui n'est pas le cas lorsque la tonte a lieu en juin.

Chaux

Les jardiniers oublient souvent d'ajouter de la chaux à leurs pelouses. La croissance de certains types d'herbe, comme la fétuque, est souvent limitée lorsque le sol est trop acide. Le pH idéal pour les pelouses est compris entre 5,5 et 6,5, soit légèrement acide. 50 à 60 grammes de chaux agricole par mètre carré et par an suffisent à maintenir des niveaux de chaux adéquats. Les sols sablonneux doivent recevoir de la chaux plus fréquemment que les sols argileux, qui l'assimilent mieux. Si vous pouvez déterminer vous-même le pH de votre pelouse à l'aide d'une sonde, ajoutez 60 grammes de chaux par mètre carré afin d'augmenter le pH de 0,5. Exemple : vous mesurez un pH de 4 et souhaitez l'augmenter à 6. Il vous faudra ainsi 4 x 60 g de chaux par mètre carré, soit environ 240 grammes. Par conséquent, un sac de 25 kg est suffisant pour 100 m² de pelouse.

Compostage

Lorsque vous déposez des plantes coupées sur un tas de compost, celui-ci développe souvent une odeur désagréable. C'est ce qui se passe lorsque les plantes coupées sont déposées en couches individuelles épaisses. Afin d'empêcher l'apparition d'odeurs, ajoutez de fines couches d'herbe coupée de 10 cm d'épaisseur maximum. Alternez ensuite les couches de plantes à compost particulièrement sèches (des tiges sèches coupées en automne ou de fines branches d'arbres, par exemple). Cela permet d'associer plantes à compost sèches et riches en carbone et plantes humides et riches en azote, pour des conditions de décomposition idéales. Cela vaut particulièrement si le matériau de compostage, tel qu'illustré ici, est disposé en couches bien ventilées. Les conditions anaérobies sont absentes, ce qui entraîne l'absence de gaz nauséabonds et d'odeurs.

Tondeuses à fonction mulching

Ces outils facilitent la tonte de la pelouse, dans la mesure où ils découpent les chutes d'herbe en minuscules morceaux, qui tombent ensuite entre les brins d'herbe et s'y décomposent, fournissant ainsi des nutriments à la pelouse. Mais vous devez être conscient que cela nécessite une bonne base de pelouse et une herbe saine et bien nourrie. Cela ne fonctionne guère sur les sols à problèmes (trop compacts ou trop humides). Dans ce cas, les chutes abandonnées entre les brins d'herbe forment une couche qui empêche l'engrais de se répandre, bloque l'accès à la lumière et encourage l'apparition de mousse. Alors, utiliser une tondeuse à fonction mulching, mais faites appel à un scarificateur au moins une fois (ou plus si nécessaire).

Plantation de nouvelles graines

Retardez l'ensemencement jusqu'à ce que la température du sol atteigne environ 14 °C. Les graines germeront ensuite plus rapidement et les jeunes pousses grandiront de même. En fonction des graines utilisées, 30 à 40 grammes par mètre carré suffisent. Si vous avez peu d'expérience dans l'épandage d'engrais et ne pouvez vous fier à votre intuition pour obtenir un épandage homogène, utilisez un épandeur d'engrais doté d'une option assurant un épandage homogène. N'oubliez pas de répandre les graines par la suite ! Si vous souhaitez ou devez arroser les graines dans les quatorze jours précédant la germination en raison d'un temps particulièrement sec, procédez avec précaution afin de ne pas les faire remonter à la surface. Cette opération est délicate, surtout en pente. Une question récurrente concerne la période idéale pour la première tonte. Attendez trois à quatre semaines et ne tondez la pelouse que si celle-ci commence à verdir, lorsque les brins d'herbe mesurent environ 8 cm. Coupez-les à environ 5 cm. Lorsque vous tondez la pelouse pour la troisième ou quatrième fois et que l'herbe est plus épaisse, vous pouvez progressivement la couper à 3 cm.

Réactions