Nous utilisons des cookies afin d'améliorer votre expérience sur notre site Web. En continuant de naviguer sur ce site Web, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus, veuillez lire notre politique de confidentialité. Cookies

L’entretien des muscaris

La fin de la période hivernale est annoncée par le délicat parfum des muscaris. Avec ses fleurs bleues et imposantes, cette plante est un véritable atout dans un jardin. Elle produit également de quoi nourrir les abeilles et autres insectes lors de la venue du printemps. Le muscari est considéré comme une plante robuste simple d’entretien, mais avec les bons gestes il est possible de la sublimer.

Un arrosage suffisant

Le muscari aime les emplacements ensoleillés, mais se contentera aussi des endroits semi ombragés. Concernant l’entretien, cette plante n’est pas des plus exigeantes. Elle pousse facilement sur une terre standard. Le plus important est de l’arroser régulièrement et abondamment. L’eau doit pouvoir s’écouler dans la terre pour éviter l’inondation. Autrement, le bulbe risque d’être attaqué par la moisissure. Avant de planter le bulbe en automne, il est donc hautement recommandé de travailler la terre à une profondeur suffisante.

Doucement sur le fertilisant !

Le muscari se développe mieux si la terre est fertilisée modérément. Le meilleur est d’utiliser le compost. Si, au terme de la floraison, la terre est enrichie d’environ 2 litres de compost par mètre carré, le muscari reçoit les nutriments dont il a besoin, et qui sont ensuite stockés dans le bulbe. Ceci lui permet de produire ses superbes fleurs colorées en large quantité au printemps suivant. S’il vous est impossible d’utiliser du compost, vous pouvez aussi adopter un fertiliseur pour plantes à fleurs. La forte teneur en phosphore de ce produit aide la plante à former ses fleurs. Mais faites bien attention à ne pas trop fertiliser ; une seule fois suffit, à la fin de la période de floraison.

Couper les feuilles séchées

Lorsque les fleurs du muscari commencent à faner, les fleurs doivent être cueillies avant de commencer à produire des graines. Ceci donne plus de force au bulbe, lui permettant de se développer. En revanche, si vous préférez que les muscaris poussent sauvagement, les têtes de fleurs doivent rester sur la plante. 

Lorsque les feuilles commencent à jaunir et sécher, elles n’ont alors plus besoin d’eau. Les feuilles finiront par sécher, adoptant une couleur marron, et c’est à ce moment-là que vous pourrez élaguer vos muscaris. De nombreux jardiniers ignorent que le muscari doit être élagué. Une fois que ses longues feuilles (qui ressemblent à de l’herbe) ont jauni, elles peuvent être taillées à environ 2 cm au-dessus du sol. Il est très important d’attendre que les feuilles aient jauni avant de les tailler, car avant de jaunir les nutriments sont utiles pour la pousse au printemps suivant. 

Etant donné que les fleurs perdent leurs graines lorsqu’elles sont taillées, nous recommandons de respecter deux étapes : d’abord recueillir les graines, et ensuite retirer les feuilles abimées.

Attention aux champignons !

Bien que le muscari soit considéré comme une plante robuste, il n’est pas pour autant immunisé contre toutes les maladies. Si la plante pousse dans un emplacement qui ne lui est pas opportun, ou si les bulbes sont trop serrés, le charbon peut apparaitre. Cette maladie s’en prend principalement aux têtes de fleurs. Si les fleurs sont attaquées par ce champignon, la seule solution est de sectionner les parties endommagées et de les jeter à la poubelle – et non dans le compost. Pour protéger votre muscari, vous pouvez choisir de le traiter avec une infusion de prêle des champs. 

Photo: © Digra987 - Fotolia.com

Réactions