Nous utilisons des cookies afin d'améliorer votre expérience sur notre site Web. En continuant de naviguer sur ce site Web, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus, veuillez lire Cookies

Spécial engrais

C'est surprenant : personne ne s'étonnerait de voir un canari tomber de son perchoir s'il n'était pas nourri. Pourtant, même s'il va de soi de nourrir les animaux, les amateurs de plantes s'étonnent parfois lorsque vous leur posez la question cruciale suivante : « Est-ce que vous les fertilisez ? Si oui, quand, avec quoi et en quelle quantité ? »

Comment fertiliser les plantes ?

Puisque l'été est là, lorsque tout pousse rapidement dans le jardin, nous souhaitons vous fournir des informations sur les engrais appropriés à utiliser. Vous aurez certainement entendu la phrase suivante : « Cela vient de mon jardin, il n'y a pas d'engrais ! ». Mais l'on note quelque chose de profondément illogique sur le fait de s'attacher à ne pas mettre d'engrais et pourtant réussir à faire pousser des fruits et des légumes. Les fruits ou légumes de grosse taille ont besoin d'une quantité importante de nutriments. Une quantité suffisante d'ingrédients adéquats est nécessaire aux plantes qui ont besoin de créer de la matière nutritive. Pour cette raison, il est important de fertiliser chaque partie utilisée différemment de votre jardin de manière adéquate.

Le type d'engrais utilisé est-il un facteur pertinent ?

Non. Chaque engrais utilisé, qu'il s'agisse de compost, de fumier ou d'engrais à base de maïs, a son propre effet sur la composition de la terre. Et chaque engrais fonctionne différemment selon sa propre composition. Enfin, les besoins nutritionnels des plantes sont également différents : les orpins, plantes de rocaille, ont des besoins qui diffèrent de ceux du pied d'alouette ou encore de ceux des tomates.

Ce que toutes les plantes ont en commun, c'est qu'outre divers oligoéléments tels que le cuivre, le soufre, le magnésium et d'autres, elles ont besoin de quatre nutriments importants : l'azote, qui stimule la croissance et est un composant principal des protéines mais également un élément important de la chlorophylle ; le magnésium, élément clé de cette chlorophylle ; le phosphore, qui favorise principalement la floraison ; le potassium qui raffermit les tissus et permet la maturation du fruit.

Les plantes ont besoin de différentes quantités de ces nutriments ; pour plus d'informations sur les plantes qui en consomment le plus et les moins avides, lisez les conseils en matière de fertilisation ci-dessous.

Qu'en est-il des engrais organiques ?

À ce propos, la réponse à la question suivante est intéressante : « Un engrais organique est-il préférable à un engrais chimique ? » Là encore, la réponse est : cela dépend ! Selon ce que nous savons actuellement sur les végétaux, il importe peu à la plante de recevoir de l'azote, du phosphore, du potassium, etc. d'une source organique ou chimique. Elle ne peut absorber l'engrais que dans une certaine composition chimique grâce à laquelle l'engrais peut être consommé par les racines, sans cela rien ne fonctionne. Qu'il s'agisse d'un engrais organique ou non, les nutriments réels absorbés par la plante ne le sont pas selon la source dont ils proviennent, mais sur la base des besoins de la plante.

Le seul avantage d'un engrais organique est qu'il est en principe bénéfique à la terre et à la petite faune qu'elle abrite. À l'extrême, les personnes qui utilisent uniquement des engrais minéraux détériorent sérieusement la qualité de la terre de leur jardin sur le long terme car cet engrais ne fournit pas les nutriments d'humus et les déchets nécessaires pour le sol et la faune résidente.

Si vous utilisez un engrais organique, n'oubliez pas qu'il faut compter entre trois et quatre semaines, selon le climat, pour qu'il se dissipe dans le sol et que les plantes puissent en absorber les nutriments. Ainsi, pour fertiliser une plante en avril, vous devez appliquer l'engrais organique (par exemple de la farine de corne ou du compost) en mars. La fertilisation minérale n'a d'intérêt que si vous voulez apporter à une plante beaucoup de nutriments, dans un délai très court. Entre ces deux types d'engrais, il existe également : les engrais mixtes organo-minéraux, composés d'une base organique et de minéraux ajoutés.

À propos de l'ajout de nutriments : les sols de jardin présentent habituellement une teneur élevée en phosphate, tandis que l'azote se trouve souvent en quantité insuffisante. Il n'est donc pas toujours logique d'utiliser un engrais composé. Si vous ajoutez une quantité importante d'engrais, le niveau nutritif peut être trop élevé (et trop est parfois synonyme de nuisance). Il est préférable de fertiliser selon les besoins des plantes que d'utiliser la même composition en ignorant ce facteur. Par exemple, utilisez un engrais comportant de l'azote/potasse plutôt qu'un composé azote/phosphore/potasse si le sol est déjà suffisamment phosphaté. Comment le savoir ? Tous les deux ans, échantillonnez la terre de votre jardin et vérifiez son niveau de fertilisation. Vous déterminez ainsi le niveau nutritionnel actuel et vous vous donnez les moyens de compenser les coûts du test de sol en économisant sur l'achat d'engrais. Le test a sensiblement le même coût que les engrais. Dans tous les cas, cette méthode permet de mieux traiter le sol de votre jardin. En outre, elle protège la nappe phréatique en évitant l'absorption d'excès d'engrais.

Laissons à présent la théorie de côté et parlons pratique ! Faisons ensemble un état des lieux de votre jardin :

Quelles plantes méritent d'être fertilisées maintenant ? Et surtout, quelle quantité d'engrais utiliser ?

Pour les plantes en jardinières et en pots, utilisez une terre minérale, par exemple, du terreau. L'engrais stocké peut être facilement ratissé et n'est pas éliminé en raison d'un arrosage fréquent. La réserve d'engrais d'un terreau pour fleurs de bonne qualité, normalement ajouté par le fabricant, dure généralement six semaines environ. À la fin de cette période au plus tard, vous devez ajouter de l'engrais. Ajoutez donc à la terre un engrais longue durée durant la plantation, soit 2 à 3 g par litre de terreau. C'est ainsi qu'il faut fournir aux plantes des nutriments de base jusqu'aux mois d'août et de septembre. Ajoutez également une petite dose de nutriments liquides chaque semaine, 0,1 à 0,2 l pour mille, lorsque j'arrose (c.-à-d. 10 à 20 ml de nutriments liquides pour un arrosoir de 10 l). Là encore : suivez les instructions du fabricant indiquées sur l'emballage de l'engrais.

Dans les jardins d'arbustes, les dosages de fertilisation dépendent principalement de la taille de la masse formée par les feuilles et les fleurs des plantes. Fertilisez uniquement les arbustes de rocaille ici et là, en ajoutant une poignée de farine de corne ou un peu de compost (environ un litre par mètre carré). Les massifs d'arbustes très touffus peuvent recevoir environ 50 g d'engrais composé par mètre carré au printemps (mars/avril). Vous pouvez éventuellement leur ajouter trois litres de compost par mètre carré. Les arbustes moins touffus nécessitent seulement 30 g ou 1,5 l. À la mi-juin, vous pouvez les fertiliser avec une deuxième quantité, légèrement réduite.

Dans les potagers, les dosages de fertilisation dépendent principalement du type de végétal, car les légumes se divisent en différentes catégories, à savoir, les gros consommateurs comme le chou, les consommateurs moyens comme les tomates et les petits consommateurs comme la laitue. Voici quelques conseils en matière de fertilisation :

Petits consommateurs : ajoutez 1 à 2 litres de compost par mètre carré et, si nécessaire, un supplément d'azote (environ 70 g de farine de corne par mètre carré) et de potassium (environ 35 g d'engrais contenant magnésium et potassium par mètre carré).

Consommateurs moyens : ajoutez 2 à 4 litres de compost par mètre carré et, si nécessaire, un supplément d'azote (environ 70 g de farine de corne par mètre carré) et de potassium (environ 35 g d'engrais contenant magnésium et potassium par mètre carré).

Gros consommateurs : ajoutez 4 à 6 litres de compost par mètre carré et, si nécessaire, un supplément d'azote (environ 70 g de farine de corne par mètre carré) et de potassium (environ 35 g d'engrais contenant magnésium et potassium par mètre carré).

Important : les oignons, choux et carottes ne doivent pas être plantés sur des surfaces fraîchement fertilisées avec du fumier. N'ajoutez ces légumes que l'année suivante. Il existe un risque d'intolérance car certains types de fumier attirent les mouches dont les larves peuvent détruire les végétaux.

Lorsque vous fertilisez des zones d'herbes, prenez note de ce qui suit (déjà conseillé dans notre Spécial pelouses) : lorsque vous tondez la pelouse, vous la privez également de ses nutriments : pour chaque kilo que vous tondez, vous retirez environ 30 g d'azote, 20 g de potassium et 10 g de phosphore. Vous devez renouveler l'apport de ces nutriments. Les pelouses décoratives ont besoin de moins d'engrais que celles sur lesquelles on marche ou les gazons soumis à des contraintes. En principe, il convient de fertiliser les pelouses toutes les quatre à cinq semaines à partir de mars/avril jusqu'à la dernière fertilisation d'automne (début/mi-septembre) qui sert à préparer le sol pour l'hiver. Toutefois, des différences existent depuis que les engrais pour pelouse longue durée et spécial automne sont commercialisés. Comme nous l'avons déjà précisé, vous devez prêter une attention particulière aux informations données par le fabricant sur les emballages des engrais pour gazon. Cela vous permettra également de déterminer si vous pouvez utiliser un engrais composé au lieu d'un engrais pour gazon. Voyons de plus près la composition d'un engrais composé - azote: phosphore: potassium. Pour le gazon, le rapport idéal est 10:3:3-5.

Pour fertiliser les arbres, vous devez d'abord distinguer les arbres à feuilles caduques des arbres à feuillage persistant. Leurs cycles de croissance annuelle étant très différents, ils ont besoin d'engrais à des périodes différentes.

Les arbres à feuilles caduques ont besoin de nutriments au début ou à la mi-juin et entre la mi-juillet et la mi-août pour le deuxième pic de croissance. Après cela, vous n'avez plus besoin de les fertiliser. En résumé, vous appliquez un engrais aux arbres à feuilles caduques une première fois en avril (environ 55 % de leur besoin annuel), puis une deuxième fois en juin (45 %). Ces chiffres varient légèrement pour les arbres fruitiers et les rosiers dont les besoins sont de 50/50 ou 60/40.

Les végétaux à feuillage persistant ont besoin de leurs premiers nutriments en mai, et d'une seconde dose plus élevée entre fin juillet et fin août, lorsqu'ils donnent des fruits. La répartition des nutriments pour ces végétaux est donc 35/65.

La quantité d'engrais dépend également des besoins de la plante, c'est-à-dire de la masse qu'elle forme. Pour les petits conifères, environ 35 g d'engrais composé par mètre carré et par an suffisent. Pour une fertilisation d'entretien des arbres et des buissons, entre 50 et 70 g d'engrais composé par mètre carré et par an devraient faire l'affaire. Pour les arbres fruitiers, les rosiers et les rhododendrons, vous pouvez atteindre la limite supérieure et ajouter 100 g dans les deux doses.

Sachez que les racines des arbres doivent pouvoir consommer les nutriments aux périodes indiquées. Pour utiliser un engrais organique, vous devez tenir compte de la période d'attente de décomposition aux périodes précitées.

Par ailleurs :

Les plantes de jardin d'hiver et d'intérieur sont aussi, en ce moment, en pleine phase de croissance. N'oubliez donc pas de les fertiliser régulièrement jusqu'au mois d'octobre. Utilisez un engrais pour plantes vertes et un engrais pour plantes fleurissantes, ce dernier contenant plus de phosphore pour favoriser la floraison.

Réactions