Nous utilisons des cookies afin d'améliorer votre expérience sur notre site Web. En continuant de naviguer sur ce site Web, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus, veuillez lire Cookies

Le gui : un mystérieux parasite

Autrefois, cette plante constituait la potion magique des druides celtiques. Aujourd'hui, il ne s'agit pas seulement d'une plante médicale prometteuse, mais également d'un accessoire de Noël indispensable : il s'agit du gui. Ses fruits blancs lui assurent une propagation sophistiquée.

Pourquoi le gui pousse-t-il sur les arbres ?

Le mot gui ou mistletoe en anglais vient de l'allemand mist, qui signifie « bouse » – d'un point de vue biologique, et non étymologique ! Si les jaseurs et les grives n'étaient pas si intéressés par les baies blanches de cette fascinante plante arboricole, celle-ci ne pousserait pas à de telles hauteurs. En effet, lorsque ces gloutons à plumes aiguisent leur bec sur une branche ou abandonnent leurs excréments sur un arbre, des graines de gui sont susceptibles de rester collées à l'écorce de leur futur hôte. Dès que les graines commencent à germer, une jeune pousse de gui apparaît. Le gui est un semi-parasite qui se nourrit de l'eau et des minéraux puisés par l'arbre dans le sol. Après une bonne année, la plante prend la forme d'une sphère verte luxuriante suspendue entre ciel et terre dans les arbres dénudés par l'hiver. Les peuples germains considèrent le gui comme une plante médicinale. Par le passé, des noms tels que plante sacrée des druides, bois de Sainte-Croix, nid de sorcière ou pain de bique ont été attribués à cette plante magique en tout point. Alors que nos ancêtres accrochaient des branches de gui au mur en guise de protection contre les esprits malins, cette plante vénéneuse se transforme aujourd'hui en plante médicinale, grâce à ses propriétés curatives. Elle est souvent utilisée pour réduire la pression sanguine et soigner les maladies courantes chez les personnes âgées, voire le cancer.

Plante traditionnelle et décoration de Noël tendance

Les Anglais pensent que s'embrasser sous le gui à Noël porte chance. Cette coutume a vu le jour au Royaume-Uni mais est également très populaire en Allemagne. Les branches décoratives de cet arbuste persistant peuvent être utilisées comme décoration de Noël ou de l'Avent à partir du mois du novembre. Assemblez simplement quelques branches de gui et attachez-les à l'aide d'un ruban à carreaux rouges et blancs. Une couronne composée de pommes de pin, de gui et de lierre, ornée de baies rouges et blanches, est également signe de bon goût décoratif. L'effet magique des baies peut être mis en avant en coupant les branches de façon à créer des bouquets lâches et en plaçant ces derniers dans de simples vases en verre.

Conseil GARDENA : Le gui préfère les jeunes branches situées au sommet des arbres. En tant que semi-parasite, il perturbe la croissance de l'arbre hôte, qui devient plus fragile en raison du manque d'eau et de nutriments. Par conséquent, en cas d'infestation, les jeunes pousses de gui doivent être retirées en découpant la branche aussi profondément que possible. Traitez ensuite la zone à l'aide d'une pommade.

Réactions